En 2005, Steve Jobs, prend la parole devant les étudiants de Stanford. En sursis d’un cancer du pancréas, le fondateur d’Apple donne un discours qui va marquer les esprits et dans lequel écouter son intuition et suivre la voie du coeur tiennent une place centrale.

Face à l’imminence de la mort, Steve Jobs (1955-2011) incite à suivre la voie de son coeur et de son intuition

Stanford, au coeur de la Silicon Valley, remise des diplômes de fin d’année, 2005. Steve Jobs, fondateur visionnaire d’Apple, est invité à donner un discours dans cette prestigieuse école d’ingénieur concurrente d’Harvard et de Princeton, formant les futurs cadres des nouvelles technologies numériques. Jobs est ici en terre conquise, il a carte blanche, mais pourtant ce qu’il déroule sort largement du cadre de ce que l’on pourrait attendre de lui dans un tel contexte…

« Aimez ce que vous faites »

Jobs y parle d’entrepreneuriat bien sûr, mais aussi et surtout de chemins atypiques, hors normes, de sorties de route, de blessures émotionnelles, d’accidents, de choix non rationnels, pour au final, conclure sur l’urgence de vivre intensément face à l’imminence de la mort… Avec, au milieu de tout cela, un fil conducteur : l’intuition et la voie du coeur. « Beaucoup de ce sur quoi je suis tombé en suivant ma curiosité et mon intuition s’est révélé inestimable par la suite », révèle-t-il. Et d’illustrer son propos par son choix, alors qu’il était étudiant, d’abandonner un cursus classique pour se former à la calligraphie. La décision, dictée par la passion et l’envie, était pour le moins décalée et à priori improductive, et pourtant… C’est cette formation artistique qui lui permit dix ans plus tard de donner à Apple cette qualité d’identité graphique qui contribua à son succès. « L’unique façon de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez à chercher. Ne laissez pas tomber. Comme toutes les questions de cœur, vous saurez quand vous aurez trouvé. », poursuit-il.

« Désolé d’être dramatique, mais c’est ainsi »

Le ton de Steve Jobs est d’emblée profond, lorsqu’il confie, dans une invraisemblable et pourtant véridique et douloureuse histoire d’enfance avoir été « vendu » par ses parents biologiques à des parents adoptifs plus riches; puis devient au fil de ses mots de plus en plus intense, bouleversant. Et pour cause : l’orateur, dans une immense vulnérabilité, est sous le coup d’une rémission d’un cancer du pancréas, maladie à l’extrême agressivité, au pronostic vital très sombre. « Désolé d’être si dramatique, mais c’est ainsi », s’excuse-t-il au détour d’une phrase, lorsqu’il évoque le rôle essentiel de la mort comme « agent du changement dans la vie ».
L’homme à la personnalité torturée, reconnu par certains de ses collaborateurs comme manipulateur, colérique, tyrannique, ne le sait pas encore, mais il ne lui reste que 6 ans à vivre. Steve Jobs a 50 ans, et pourtant, il côtoie déjà la mort, la regardant droit dans les yeux. En sursis d’existence, l’on pourrait alors entendre un sage.

« Ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition, l’un et l’autre savent ce que vous voulez devenir »
Steve Jobs

« Vous êtes déjà nus« 

Depuis qu’il a 17 ans, Jobs explique : » Depuis 33 ans, chaque jour, je me suis regardé dans le miroir et je me suis demandé : ‘Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, aurais-je envie de faire ce que je suis sur le point de faire ?’. Et quand la réponse était non, je sentais que j’avais besoin de changer quelque chose. (…) Me souvenir que je serai bientôt mort est l’outil le plus important que j’aie jamais connu pour m’aider à faire des choix importants dans ma vie. Parce que presque tout – attentes, orgueil, craintes, embarras, échec – toutes ces choses s’éloignent face à la mort, laissant seulement ce qui est vraiment important. Se souvenir que vous allez mourir est le meilleur moyen que je connaisse pour éviter de tomber dans le piège de croire que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes déjà nus. Il n’y a aucune raison de ne pas suivre votre cœur. »

« Ne gaspillez pas votre temps en vivant la vie de quelqu’un d’autre »

Et il conclut, vers la fin du discours, par ce passage désormais devenu célèbre, et qui tout entier résume la place centrale que le fondateur d’Apple accorde non seulement à l’intuition et à l’importance capitale d’écouter sa voix intérieure; mais aussi et surtout au courage que cela demande. Courage étant à entendre ici dans son sens étymologique de « agir avec le coeur »:

« Votre temps est limité, alors ne le gaspillez pas en vivant la vie de quelqu’un d’autre. Ne soyez pas piégés par le dogme – ce qui revient à vivre selon le résultat de la pensée d’autrui. Ne laissez pas le bruit de l’opinion des autres étouffer votre voix intérieure. Et le plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent déjà ce que vous voulez vraiment devenir. Tout le reste est secondaire. »

Ultime pirouette d’un homme animé par l’envie lumineuse de partager l’essentiel, à savoir l’urgence de vivre et d’oser être soi-même, dans toute son originalité : « Restez affamés. Restez fous. »

Isabelle Fontaine

Source : discours de Steve Jobs en 2005 à Stanford

stage et formation intuition isabelle fontaine

VENEZ DEVELOPPER VOTRE INTUITION ET APPRIVOISER LA SYNCHRONICITE !
Masterclass en ligne « Initiation intuition et synchronicité » : atelier de 4 h00, convivialité, approche théorique, programme d’entrainement.
– Stage « Libérez la voix de votre intuition » : en week-end à Montreuil, pour expérimenter l’intuition et répondre à des questions personnelles.
– Séminaire « Développer son intuition pour cheminer vers soi » : séjour à Brocéliande ou en Ardèche pour vivre une profonde connexion à son intuition.