Advertisements
//
vous lisez...
Ils ont dit, Interviews, portraits, Tous les articles

Auroville : cité utopique, cité intuitive

Utopique et expérimentale certes, mais bien réelle : Auroville, en Inde, tente depuis 1968 d’inventer une autre manière de vivre ensemble, en harmonie et en paix. Cette cité de « l’Aurore », qui abrite 2000 résidents de 40 nationalités différentes, accorde une place naturelle à l’intuition, en résonance à une démarche de recherche intérieure. Rencontre avec Jean Laroquette, enseignant, habitant d’Auroville et pionnier de sa construction.

auroville, intuition

Cérémonie devant le Matramandir d’Auroville, en Inde

 Parcours singulier qu’est celui de Jean Laroquette. Tennisman professionnel, il mène dans les années 50 et 60 une carrière de comédien et de metteur en scène brillant, dont les pas l’amènent à croiser ceux de Peter Brook, Jean Vilar et Jean Cocteau, dont il fut l’assistant. En 1973, en pleine révolution Flower Power, alors résidant en France, Jean Laroquette entend parler d’Auroville. La cité utopique basée dans le Sud de l’Inde, près de l’ancienne ville coloniale de Pondichéry, a autant besoin de bras pour se construire que d’esprits aventuriers et libres pour lui donner du sens. Jean Laroquette se sent appelé par l’expérience, il « doit y aller ». Avec son épouse, ils vident leur appartement parisien, conviant des amis à récupérer les biens dont ils se séparent. Et partent s’installer là-bas avec leurs enfants, relevant le défi fou que leur lance Auroville, implantée sur une terre désertique et aride, ayant tout lâché en France. Cité utopique, expérimentale, nouvelle… Quelle est la place de l’intuition dans le projet résolument fou d’Auroville ? Totale, centrale, cruciale, estime Jean Laroquette que j’ai eu la chance d’interviewer dans mon livre « Développez votre intuition pour prendre de meilleures décisions » et dont je vous livre ici sur mon blog Histoire d’Intuition une version d’entretien enrichie. Selon lui, l’intuition est en lien avec la peur, qu’il faut cesser de ressentir pour se libérer, et l’aventure, dont il faut retrouver l’audace… Jean Laroquette vit désormais entre Auroville, en Inde, et Paris, où il sert de contact en France pour des personnes désireuses de s’y installer.*

Isabelle Fontaine : Certains ont entendu parler d’Auroville, avec des avis passionnés et contradictoires, d’autres pas du tout. Pouvez-vous nous présenter simplement Auroville ? 

Jean Laroquette :   C’est une ville créée de toutes pièces en 1968 sous mandat de l’Unesco près de Pondichéry, dans le sud de l’Inde. L’idée était de créer une « cité universelle », où chacun pourrait vivre en paix l’un avec l’autre, sans système organisé, et même sans argent. 2000 personnes issues de 40 nationalités -dont beaucoup de Français et des Européens- et une centaine d’entreprises, certaines très actives dans le développement durable, l’écologie et la permaculture, y sont aujourd’hui implantés. J’ai débarqué là-bas au début des années 70 avec ma femme et mes deux enfants. Au début, j’ai construit des maisons, j’ai planté, beaucoup, des arbres, des légumes, des fruits. C’était urgent et nécessaire, l’endroit était alors un désert inhospitalier, que nous avons finalement transformé en jungle verdoyante. Ensuite, je me suis occupé des écoles, j’en ai créées plusieurs selon la pédagogie Freinet que je connaissais bien car mon père enseignait selon cette méthode alternative, puis j’ai aussi enseigné le théâtre dans le prolongement naturel de ma carrière en France de comédien. Depuis quelques années, je partage mon temps entre Paris et Auroville et sers de contact pour des personnes désireuses de s’installer là-bas en leur fournissant des informations et de l’aide.

I.F. : En quoi cette ville est-elle utopique, et comment fonctionne-t-elle ?

J.L.: Auroville a été fondée pour donner corps à la pensée du philosophe indien Sri Aurobindo, et créée concrètement sous l’impulsion de sa compagne spirituelle, une Française dénommée Mirra Alfassa, connue sous le nom de Mère. On retrouve un peu partout dans Auroville leurs portraits. L’idée est que des gens de nationalité, de couleur, de pensée différentes peuvent vivre unis (voir ci-après la déclaration de « Mère » sur la création d’Auroville). C’est un projet vieux comme le monde. Auroville est un laboratoire de vie expérimental, donc imparfait, mais ce n’est ni une communauté, ni une secte. Il n’y a pas de police et de pouvoir politique. Les décisions sont prises de manière concertée. L’argent est présent, contrairement à la volonté initiale. Il sert pour les échanges. Mais le pouvoir de l’argent n’existe pas, la propriété privée étant inexistante. On ne peut pas s’enrichir à Auroville. Il n’y a pas non plus de religion. Le Matramandir, lieu central d’Auroville que l’on reconnaît à son imposant dôme doré est un lieu de recueillement intérieur, où l’on peut aller méditer, mais on est libre de le fréquenter ou pas. Certains n’y mettent jamais les pieds.

auroville, intuition, jean laroquette

Jean Laroquette, habitant et pionnier d’Auroville

I.F. : On lit beaucoup de critiques sur Auroville, que c’est un lieu de post colonisation, et que l’esprit utopique des débuts s’est beaucoup dilué…

J.L. :  Je le répète Auroville est un lieu d’expérimentation, il n’est pas parfait. C’est un endroit où l’on cherche, ce qui suppose d’emprunter des chemins différents, et de faire des essais. Il y a deux manières d’aller à Auroville. En touriste, parce qu’on est curieux, on en a entendu parler et on a décidé d’explorer le sud de l’Inde. On y reste d’une après-midi à plusieurs jours, et on peut en repartir avec une vision superficielle du lieu, parce que sa véritable essence se dérobe à nous. Elle demande une disponibilité et une disposition d’esprit particulière. L’autre manière d’y aller est de manière plus profonde. On ressent un appel, une attirance, voire une nécessité d’aller là-bas, -un besoin- pour vivre une expérience, quelle qu’elle soit. On se sent attiré par le lieu, par ce qu’il véhicule, ce qu’il propose à la fois d’un point de vue pratique, mais aussi spirituel. En fonction de la manière dont on l’aborde, le vécu et la vision pourront être très différents.

I.F. : Quelle est la place de l’intuition à Auroville ?

J. L. : «  Auroville est un endroit où l’on cherche à donner naissance à un homme différent, nouveau, et ce, en travaillant, entre autres, sur son être intérieur, sa spiritualité. Mais cette démarche est secrète, non visible. Si vous questionnez un Aurovillien sur ce qui l’a amené là, il y a peu de chance qu’il vous parle sa spiritualité, il ne vous répondra pas, du moins, au premier abord. C’est un chemin intime, personnel, dont l’intuition est une des clés. C’est une autre manière d’appréhender le monde, la réalité. Ce n’est ni mental, ni intellectuel, ni cognitif, ni sensitif. C’est une évidence de la vérité. Une vision instantanée, comme l’artiste qui voit au-delà de la matière. C’est quelque chose qui se travaille, ouvre des possibilités de faire de nouvelles choses, et que chacun doit chercher à développer et peut le faire. Tout le monde a potentiellement de l’intuition, encore faut-il être capable de se mettre à son écoute. »

I. F. : Quels conseils donneriez-vous pour s’ouvrir à son intuition ?

J. L. : « Le premier travail consiste à faire le vide. Faire rentrer du silence dans sa tête. Le yoga ou la méditation sont de bons moyens. Mais ce n’est pas obligé de pratiquer. On peut être dans cette vibration d’ouverture et de réceptivité en permanence. Nous avons tous la tête encombrée d’habitudes, de choses qui nous formatent, qui nous font peur. Notre société est entièrement basée sur la peur. Nous croyons être libres d’être nous-mêmes, mais nous sommes pour beaucoup dirigés par des préjugés qui, eux, viennent de l’extérieur. Il est crucial d’essayer de sortir de la paranoïa ambiante, où tout est triste, dangereux, difficile. Pour cela notre intuition est fondamentale. Je crois vraiment qu’il est important d’avancer sans regarder par terre où on met les pieds. Retrouver le sens de l’aventure. Se laisser porter par le vent, accepter de le laisser nous mener ».

Propos recueillis par Isabelle Fontaine

* Jean Laroquette raconte son histoire dans Auroville, un aller simple ?, Éditions Chemins de Tr@verse.

Lire aussi ce post sur la pensée de Sri Aurobindo

mirra alfassa, mère, sri aurobindo, auroville

Mirra Alfassa, dite « Mère », compagne spirituelle de Sri Aurobindo, fondatrice d’Auroville

 Déclaration de Mirra Alfassa, compagne spirituelle du sage et révolutionnaire indien indien Sri Aurobindo, à propos de la future création d’Auroville (1954) :

« Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; un lieu de paix, de concorde, d’harmonie, où tous les instincts guerriers de l’homme seraient utilisés exclusivement pour vaincre les causes de ses souffrances et de ses misères, pour surmonter ses faiblesses et ses ignorances, pour triompher de ses limitations et de ses incapacités ; un lieu où les besoins de l’esprit et le souci du progrès primeraient la satisfaction des désirs et des passions, la recherche des plaisirs et de la jouissance matérielle. Dans cet endroit, les enfants pourraient croître et se développer intégralement sans perdre le contact avec leur âme : l’instruction serait donnée, non en vue de passer des examens ou d’obtenir des certificats et des postes, mais pour enrichir les facultés existantes et en faire naître de nouvelles.
« Dans ce lieu, les titres et les situations seraient remplacés par des occasions de servir et d’organiser ; il y serait pourvu aux besoins du corps également pour tous, et la supériorité intellectuelle, morale et spirituelle se traduirait dans l’organisation générale, non par une augmentation des plaisirs et des pouvoirs de la vie, mais par un accroissement des devoirs et des responsabilités. La beauté sous toutes ses formes artistiques : peinture, sculpture, musique, littérature, serait accessible à tous également ; la faculté de participer aux joies qu’elle donne étant limitée uniquement par la capacité de chacun et non par la position sociale ou financière. Car dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. Le travail n’y serait pas le moyen de gagner sa vie, mais le moyen de s’exprimer et de développer ses capacités et ses possibilités, tout en rendant service à l’ensemble du groupe qui, de son côté, pourvoirait aux besoins de l’existence et au cadre d’action de chacun.
« En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement fondées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. »

 

Advertisements

À propos de Histoire d'Intuition - Isabelle Fontaine

Auteur spécialiste de l'intuition et de développement personnel, j'ai publié "Développez votre intuition pour prendre de meilleures décisions" (Ed. Leducs, 2013), "Cahier de Digital Détox" (Ed. Solar, 2015) et "Devenir Mère et Réussir sa Vie Professionnelle" (Ed. Leducs, 2012). Journaliste en bien-être et en santé naturelle, j'anime le blog Histoire d'Intuition (www.histoiredintuition.com) sur lequel je partage réflexions, témoignages, conseils pour se connecter et développer son sixième sens.

Discussion

Une réflexion sur “Auroville : cité utopique, cité intuitive

  1. A reblogué ceci sur VIE SEREINE.COMet a ajouté:
    Beaucoup d’idées qui ont révolutionnées le monde étaient considérées comme utopiques au départ… Merci pour cet article merveilleux que je partage avec plaisir.

    J'aime

    Publié par Vie Sereine.com | 10 septembre 2016, 20 h 04 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Advertisements

Le Livre Développez votre intuition…

Développez votre intuition pour prendre de bonnes décisions, un livre d'Isabelle Fontaine, préfacé par Thierry Janssen, publié aux Editions Leducs - Quotidien Malin

Recevez par mail les nouveaux articles d'Histoire d'Intuition

Rejoignez 809 autres abonnés

Conférence Intuition

Articles les plus lus

Archives

%d blogueurs aiment cette page :