Les médecins peuvent être guidés dans leur pratique par des décisions non rationnelles. Ce recours à l’intuition des praticiens, peu connu, a été mis en évidence dans une étude universitaire néerlandaise et validée par des médecins français. Celle-ci distingue deux types d’intuitions médicales : la sensation d’alarme et la réassurance.

Oui, les médecins sont potentiellement doués d’intuition. Et même, certains s’en servent à escient dans leur pratique médicale. Seulement voilà, ce recours n’est pas toujours bien accepté et reconnu par la communauté scientifique, laquelle veut que la médecine soit basée sur un faisceau d’éléments essentiellement objectifs… Sauf que, dans les faits,  à l’image du Dr Michael Peyromaure, chirurgien urologue à l’hôpital Cochin, bien des praticiens déclarent « prendre tous les jours des décisions non basées sur la logique pure ».

Toute l’équipe de soignants sent, sait quand c’est fini

La place du gutfeeling, l’un des termes anglais désignant l’intuition et signifiant littéralement sensation viscérale, a fait l’objet en 2010 d’une étude menée par une équipe néerlandaise et validée par 37 médecins universitaires en France (Brest et Lille). Publiée dans la revue médicale numéro 95 d’Exercer, les résultats reconnaissent comme une réalité l’intuition en médecine générale, distinguant deux types de sensations différentes. Tout d’abord celle « d’alarme », signalant un danger et un malaise perçu par le soignant et la nécessité d’une intervention urgente, et ensuite celle de « réassurance », indiquant une impression de sécurité, celle que « tout colle », pour le patient, et ce, même si le pronostic semble sombre. Dominique Voynet, ancien ministre et médecin réanimateur-anesthésiste hospitalier, évoque ainsi le souvenir des blocs, où « toute l’équipe sent quand c’est fini, on le sait. Et ce n’est pas qu’une question de couleur de peau, ou de regard. »
« La validation française de l’étude néerlandaise sur les gut feelings est une première européenne » ne manque pas de noter les conclusions de l’étude, et de signaler des recherches complémentaires en cours visant à établir si oui ou non ces « intuitions » médicales sont le fait d’une expertise et d’une expérience poussées, auquel cas, le terme à retenir serait plus celui de raisonnement d’expert que d’intuition.

L’intuition n’est jamais seule, elle s’adosse toujours à une solide connaissance de la pathologie

Outil délicat dans le domaine médical, l’intuition est pour Michel Odoul, auteur et praticien de shiatsu, « un composante principale pour le soignant. Elle est cet éclair de compréhension, qui n’est ni magique, ni approximatif », permettant d’orienter le patient ou le pronostic d’une manière parfois déterminante. Pour l’hypnothérapeute Patrick Bellet « Les très bons thérapeutes sont à l’évidence imaginatifs et intuitifs. Le moindre signe, comme une parole, un mouvement, un geste du patient, leur sert de poignée sur laquelle tirer. » Et de préciser, avec toute la prudence qui s’impose : « L’intuition intervient pour permettre de poser un diagnostic plus rapide. Elle peut aussi juste laisser entrevoir un résultat. Ensuite, il s’agit de trouver la route pour y arriver. Dans tous les cas, l’intuition n’agit jamais seule. Elle s’adosse à une solide connaissance de la pathologie et des traitements. »

Isabelle Fontaine

stage et formation intuition isabelle fontaine

VENEZ DEVELOPPER VOTRE INTUITION ET APPRIVOISER LA SYNCHRONICITE !
Masterclass en ligne « Initiation intuition et synchronicité » : atelier de 4 h00, convivialité, approche théorique, programme d’entrainement.
– Stage « Libérez la voix de votre intuition » : en week-end à Montreuil, pour expérimenter l’intuition et répondre à des questions personnelles.
– Séminaire « Développer son intuition pour cheminer vers soi » : séjour à Brocéliande ou en Ardèche pour vivre une profonde connexion à son intuition.