Le sixième sens est rarement abordé avec nos enfants, qui sont pourtant naturellement de grands intuitifs… Voilà pourtant une occasion de les éveiller à leur intériorité et à l’importance de se faire confiance. Quelques pistes pour savoir comment leur en parler, et surtout, comment préserver chez eux ce précieux capital sensitif.

Parler d’intuition à un enfant, c’est l’éveiller à la question de son intériorité, l’importance d’être à l’écoute de lui-même, de ses besoins. Photo Edouard Boubat, L’Enfant au coquillage.

Particulièrement sensibles et réceptifs, les enfants sont naturellement de grands intuitifs. Incapable de penser, de rationaliser et de mentaliser, le tout petit vit ainsi dans l’expérience immédiate du ressenti, relié à ses parents et au monde par ses émotions, sorte de fil d’Ariane qui l’informe sur son environnement. Ainsi, il « sait intuitivement » l’état émotionnel et psychologique de son entourage, sans même qu’il y ait besoin d’une verbalisation. Le bébé va absorber littéralement l’état sensitif de ses proches pour le faire sien. Son monde de perception est extrêmement développé : c’est grâce à lui qu’il apprend, qu’il communique, qu’il grandit… Bref, qu’il devient ‘intelligent’. Cet état est même considéré par certains psys comme un état intuitif total, un état « télépathe », qui connaît son apogée durant la période de la grossesse ou l’enfant in utéro est branché à sa mère et à ses ressentis sans aucun filtre et vit, expérimente, ressent tout ce qu’elle vit sans faire de distinction entre lui et l’autre. Françoise Dolto la première et dans son sillage d’autres thérapeutes ont identifié ces capacités de communication non conscientes.

Enfant hyper sensitif

Alors que l’enfant ne possède pas encore le langage, et qu’il ne peut « mentaliser », son cerveau n’étant pas encore suffisamment développé, et notamment la partie limbique responsable de la gestion des émotions, le corps est le seul mode d’expression du bébé, forme de communication intuitive, ne transitant pas par le mental. C’est pour cela que les thérapeutes sont attentifs aux manifestations corporelles des touts petits afin de pouvoir identifier l’éventuelle dimension émotionnelle se cachant derrière le symptôme, quel message, quelle souffrance. Certains parviennent même à « capter » intuitivement des informations cachées dans le cercle familial, car honteuses. Bien des soignants en psychogénéalogie (ou psychanalyse transgénérationnelle) le savent, tout en étant incapables de l’expliquer : dans les familles, tout se sait, même lorsque cela n’a jamais été dit, les dessins ou jeux spontanés des enfants pouvant révéler des non dits ou des secrets familiaux (Voir article « Secrets de Famille quand le corps sait l’indicible »)

Messages contradictoires du monde adulte anti-intuitifs

Quand l’enfant grandit, il continue à être connecté, relié, à son environnement  grâce à ses capteurs intuitifs. Il « sait » spontanément certaines choses, sans savoir comment il les sait. Malheureusement, ceux-ci sont souvent brouillés par l’approche contradictoire et rationnelle du monde des adultes. « Un enfant qui sent que sa mère est triste et qui lui répond qu’elle va très bien, alors que c’est faux, va vivre un conflit intérieur. Il va alors considérer son intuition comme fausse, puisqu’elle contredit son parent pour qui il a amour, admiration et respect », explique le thérapeute suisse Darpan. Des parents peuvent aussi, souvent par peu de l’avenir, détourner l’enfant de ses penchants personnels, et lui apprendre à se méfier de ses émotions et de ses ressentis, perçues comme dangereuses. Le petit est alors détourné de sa propre vérité et sagesse intérieures. Il apprend, à ses dépens, qu’il ne peut se fier à son intuition.

En grandissant, l’enfant intègre progressivement le fait que l’intuition n’est pas la norme et qu’il vaut mieux la mettre de côté. Les adultes, gênés face à ces perceptions qu’ils n’expliquent pas et qui leur font souvent peur, ont tendance à les censurer… Et à 7 ans, voilà l’enfant définitivement doté de « raison » ! Et bien c’est justement l’âge auquel on peut commencer à lui parler d’intuition, ou même avant bien sûr, si le sujet se présente, ou lorsque l’enfant est très sensible .

Ecouter la voix du coeur

A l’âge adulte, il convient de se « rééduquer » et apprendre longuement, patiemment à refaire confiance à son intuition qui afin qu’elle puisse de nouveau s’exprimer. Cela passe d’abord par mettre son mental de côté, en acceptant de ne pas tout expliquer et contrôler, et en lâchant prise, comme les enfants le font naturellement, sur certaines situations et attentes. On peut pour cela faire redescendre sa conscience et son centre de décision dans l’espace du cœur. Lorsque Françoise Dolto échangeait avec des enfants, elle les incitait toujours à « écouter la voix de leur cœur », et sentir ce qui était juste et résonnait dans cet espace… C’est là la simplicité de l’intuition parfois, un vrai « jeu d’enfant », qui demande de lâcher prise avec le mental, et de se connecter avec ses ressentis sans jugement. Certaines pratiques de « Pleine conscience » ou Mindfulness, comme la méditation (voir article Je médite, donc j’intuite) sont une voie d’apaisement du mental et de retisser un lien avec son corps et son cœur.

Parler d’intuition à un enfant, c’est l’éveiller à la question de son intériorité, l’importance d’être à l’écoute de lui-même, de ses besoins. C’est une manière de lui apprendre à faire confiance en ses ressentis, pour au final, développer sa confiance en lui. Cette base sera comme un fil conducteur à suivre quand il aura des choix et des décisions difficiles à faire plus tard au cours de sa vie. Cela permettra peut-être qu’en grandissant il reste connecté à son intuition, ayant compris qu’il s’agit là d’un trésor à protéger.

L’essentiel est invisible pour les yeux

On peut expliquer à l’enfant que l’intuition, c’est « la petite voix dans son cœur », qui sait si quelque chose est bon ou pas pour lui, comme celle du Petit Prince de Saint Exupéry qui dit : « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. Et que c’est important de l’écouter pour être heureux, se sentir bien, choisir le métier, les amis, les relations amoureuses qui lui conviennent, faire des découvertes etc. La société, et l’école en particulier, étant fondé sur la compétition et la normalisation, il est important de rappeler à l‘enfant que le plus important dans la vie, c’est d’être soi-même, et que l’intuition peut beaucoup l’aider pour ça.

Il aussi important de lui rappeler que tout le monde a cette capacité d’intuition en soi. Elle n’est pas réservée à certaines personnes dotées d’un don particulier, ou aux femmes, ou aux artistes, ou aux personnes très sensibles. Les scientifiques par exemple, des chefs d’entreprises, ont recours à l’intuition.

On peut en profiter pour lui expliquer qu’il existe plusieurs formes d’intelligence, pas que celles de la logique ou des mots, et que la capacité de comprendre ses émotions et celles des autres constitue une forme d’intelligence en soi, l’intelligence émotionnelle et intuitive (voir article Intelligence émotionnelle, intelligence intuitive : la fin de l’hégémonie du QI).

Et comme les enfants aiment les exemples concrets, on peut leur dire par exemple qu’Einstein, qui était un grand savant, pensait que l’intuition était « la chose la plus importante au monde » et que tous les artistes s’en servent pour créer, imaginer, inventer des nouvelles choses….

 Aider son enfant à rester connecté à son intuition

Quelques pistes à suivre pour entretenir la capacité d’intuition chez les enfants :

 – Apprenez-lui à identifier en lui et nommer précisément ses émotions, et aussi à faire de même avec celles des autres.

– Vous-mêmes, ne trichez pas avec vos émotions. Si vous êtes triste, mais que vous niez, l’enfant va vivre un conflit intérieur. Il va devoir choisir en son ressenti intuitif et ce que vous affirmez, vous, son parent, être qu’il aime et respecte le plus au monde. Votre enfant risque alors considérer qu’il se trompe, et par la-même, apprendre à ne pas faire confiance en son intuition.

– Incitez-le à faire attention à ses ressentis corporels, à prêter l’oreille à ses sensations de bien-être ou de malaise, voire des images qui peuvent lui venir à l’esprit.

– Respectez ses intuitions sans les juger, même si vous les comprenez pas, surtout celles du type « je n’aime pas cette personne », qui doivent attirer votre attention, et l’inciter, s’il le peut à dire pourquoi précisément, et comment cela se manifeste en lui.

– Sensibilisez-le à faire attention à ses rêves, lui expliquer qu’ils sont importants pour lui, et qu’il peut apprendre à les écouter.

– Laissez libre cours à son imagination sans jamais la brider ou la juger.

– Vous-mêmes, partagez naturellement vos intuitions lorsque vous en avez, sans les enjoliver ou les rendre exceptionnelles. Vous pouvez lui raconter un exemple d’intuition importante qui vous a guidé dans votre vie.

Isabelle Fontaine

stage et formation intuition isabelle fontaine

VENEZ DEVELOPPER VOTRE INTUITION ET APPRIVOISER LA SYNCHRONICITE !
Masterclass en ligne « Initiation intuition et synchronicité » : atelier de 4 h00, convivialité, approche théorique, programme d’entrainement.
– Stage « Libérez la voix de votre intuition » : en week-end à Montreuil, pour expérimenter l’intuition et répondre à des questions personnelles.
– Séminaire « Développer son intuition pour cheminer vers soi » : séjour à Brocéliande ou en Ardèche pour vivre une profonde connexion à son intuition.